Recherche

webTV

Lecture

CoRDÉES : gouvernance énergétique de quartier

Lecture

Prédiction solaire pour des suiveurs photovoltaïques

Lecture

The REstable project

+ Toutes les vidéos

 

NANOCEL

Les premiers superisolants thermiques biosourcés


Texture interne d’un aérogel d’acétate de cellulose réticulé

Les  travaux sur les aérogels biosourcés ont commencé au Centre dans les années 2000 avec le projet FP6 AEROCELL. Ce projet avait pour ambition de faire naitre de nouveaux matériaux cellulosiques monolithiques finement texturés, présentant un potentiel pour des applications énergétiques et/ou environnementales. C’est ainsi que l’équipe a initié ses recherches sur la réticulation sol-gel de l’acétate de cellulose dans l’acétone (thèse Florent Fischer, 2006). Les travaux se sont poursuivis dans le cadre du projet ANR CARBOCELL par l’étude des carbones nanostructurés obtenus par pyrolyse des substrats cellulosiques ainsi générés. Nous nous sommes essentiellement intéressés à l’utilisation de ces nouveaux carbones « verts » pour des applications de stockage et de conversion d’énergie par voie électrochimique (thèse Claudia Hildenbrand, 2010). Sur la base de ces travaux précurseurs, les recherches ont été ensuite étendues au domaine de la superisolation thermique. L’optimisation des paramètres de réticulation sol-gel a permis d’affiner la texturation interne des matrices et d’obtenir des réseaux tridimensionnels, mésoporeux et légers, tout à fait prometteurs. En effet, à l’issue du projet NANOCEL, des conductivités inférieures à 0.015 W/m.K ont pu être mesurées (de façon tout à fait reproductible) en conditions ambiantes par le CSTB. Il s’agit bel et bien des premiers isolants biosourcés jamais recensés jusqu’alors. Les études de vieillissement thermo-hydrique réalisées par EDF ont parallèlement permis de souligner que certaines formulations sol-gel conduisaient à des matériaux relativement résistants dans des conditions d’humidité relative « sévères ». Il est également à noter que ces nouveaux superisolants « en puissance » sont beaucoup moins fragiles mécaniquement que les aérogels de silice. A présent, la suite des travaux à mener doit s’attacher à l’obtention de ces matrices biosourcées innovantes par séchage subcritique. Un effort doit également être porté sur l’amélioration de leurs caractéristiques hydrophobes.

Partenaires : CEMEF / MINES ParisTech, L2C – Université Montpellier 2 (UMR CNRS 5221), LaMCoS - INSA Lyon (UMR 5259), CEA Marcoule (LPSD), CSTB, EDF (Les Renardières), NEOTIM, ARMINES-PERSEE

Période : janvier 2010 – juin 2013

 
Contact :

Arnaud RIGACCI (coordinateur)

Partager

agenda

Du 1 août au 30 octobre 2019 MOOC PEG session N°5

Du 1 août au 30 octobre 2019 MOOC PEG session N°5

+ Tous les événements

actualité

Le Rapport d'activité 2018 est en ligne

Recherche Le Rapport d'activité 2018 est en ligne MINES ParisTech, établissement-composante de…
> En savoir +

Andrea Michiorri est élu au CA d'Eurec

Formation Andrea Michiorri est élu au CA d'Eurec Eurec, l'Association européenne des centres de…
> En savoir +

Hydrogène décarboné

Recherche Hydrogène décarboné   Thierry TROUVÉ, PDG de GRTGaz parle de la technologie plasma de décarbonation directe…
> En savoir +

MINES ParisTech rejoint le conseil d’administration de EUREC

Formation MINES ParisTech rejoint le conseil d’administration de… Membres de l'association EUREC et EERA-Smart Grids Lors…
> En savoir +

PERSEE mis à l’honneur dans le rapport d’activité 2018 de l’Institut Carnot M.I.N.E.S

Recherche PERSEE mis à l’honneur dans le rapport d’activité 2018…   La nouvelle mouture du rapport d’activité de…
> En savoir +

+ Toutes les actualités

Mentions légales efil.fr © 2014 MINES ParisTech